Les jardins de Bomarzo : partez à la découverte du parc des Monstres

0

Ces jardins Renaissance d’une extravagance inouïe se visite à 100 kilomètres au nord de Rome. L'expérience est inédite, aussi amusante que terrifiante (un peu).

Monstre jardins de Bomarzo
L'une des créatures qui peuple les jardins de Bomarzo. (Photo Stefano Costantini)

Province de Viterbe, petite ville de Bomarzo, ancien cœur de la civilisation étrusque. Jusque-là, on imagine un petit coin de campagne italienne, tranquille et sans histoire. À ceci près que Pier Francesco Orsini vivait là. Il y a laissé des jardins vraiment pas comme les autres, réalisés à partir de 1550, en contrebas de son château.
Dès l’arrivée, le ton est donné : il faut passer par la bouche de l’ogre ! Et côté sculptures, le reste est à l’avenant : Cerbère, le chien à trois têtes, gardien de la porte des enfers, harpie à pattes de lion et queue de sirène, ours, baleine gueule ouverte, dragon attaqué par un lion et une lionne, tête de Protée sortant du sol, sphinx, Pluton, dieu des enfers, Heraclès écartelant Cacus, etc.
Durant la visite, une sculpture géante représentant une créature monstrueuse chassant l’autre, on n’est jamais au bout de ses peines. On en dénombre environ trente, sculptées dans de la roche volcanique. On peut voir aussi un mausolée, un petit théâtre de verdure, la Maison penchée et Le Temple de l’Éternité.
La visite des jardins de Bomarzo, une source d’inspiration

La statue géante de Neptune nichée dans les jardins. (Photo Colin Houston)

Ce parc Renaissance a largement inspiré les artistes de tout poil. Cinéma, littérature, musique, les arts majeurs ont contribué à étendre la réputation des jardins de Bomarzo. Le cinéaste Michelangelo Antonioni a tourné un documentaire, La Villa dei Monstri, en 1950, l’artiste Niki de Saint Phalle y a réfléchi à son Jardin des Tarots, à Capalbio, en Toscane, et Alberto Ginastera a écrit une cantate et un opéra, Bomarzo, créé à Washington en 1967.
Les jardins de Bomarzo sont restés abandonnés durant plusieurs siècles puis redécouverts et restaurés au XXème siècle. À ce jour, nul n’est parvenu à percer le secret de l’énigme de ce lieu, probablement la plus incroyable de la Renaissance italienne. « Vous qui allez errants par le monde / pour contempler hautes et stupéfiantes merveilles / venez ici ! », dit l’inscription gravée sur le frontispice de la porte d’entrée.
Suivez cette injonction sans hésiter, l’occasion de visiter un lieu aussi étonnant ne se représentera pas de sitôt.

J’ai fondé le site Destination Rome pour vous aider à préparer au mieux votre voyage à Rome ! Parcourez mes actualités et mes bons plans et n’hésitez pas à me contacter par e-mail à l’adresse site@destinationrome.fr

Donnez votre avis !