Comment Rome est-elle devenue la ville des chats ?

    1

    Nos amis les chats seraient 300 000 à avoir élu domicile à Rome. Bon nombre des chats errants vivent sur le site où fut assassiné Jules César.

    CHATS-LARGO-ARGNETINA
    Largo di Torre Argentina est le site favori des chats romains. (Photo : Dave MacFarlane)

    Depuis l’Antiquité, Rome est la ville des chats. Mais n’allez pas en déduire que des hordes de félins s’y baladent en toute liberté ! En effet, un site abrite la principale colonie de matous romains : Largo di Torre Argentina. Près de piazza Venezia, le site abrite les ruines du temple où fut assassiné Jules César, en 44 avant J.-C.. Là, ils vivent en toute tranquillité. Sauf le 15 mars, quand les Romains commémorent l’assassinat de César avec une reconstitution historique.
    Le phénomène ne date pas d’hier. Depuis la découverte, en 1929, des temples du IIIème siècle avant J.-C., des chats ont investi Largo di Argentina. Rapidement pris en charge par des bénévoles, les félins y ont élu domicile définitivement. Logique : là, ils reçoivent nourriture, soins, etc. . Toutefois, ils ont aussi jeté leur dévolu sur le cimetière protestant où ils se baladent entre les tombes des poètes romantiques anglais…

    300 chats à Largo di Torre Argentina

    Les chats à Rome.
    De nombreux Romains nourrissent les chats errants. (Photo : Matt Brisher)

    Aucun Romain ne les chasse car les chats sont protégés juridiquement. Un décret adopté par la ville de Rome stipule que ces derniers font partie du patrimoine bio-culturel. Car « les chats de Rome sont plus vieux que les colonnes de marbre et les frontons ».
    Actuellement, ils seraient au nombre de 300, selon Torre Argentina Roman Cat Sanctuary, l’association fondée en 1994. Elle défend la cause animale et celle des chats romains en particulier. Car la légende raconte que ce sont eux qui ont sauvé la ville d’une épidémie de peste, dans l’Antiquité.
    Entre les Romains et les chats, c’est aussi une histoire de superstition. Ainsi, croiser un chat noir dans la rue porte malheur. Un conseil local pour conjurer le mauvais sort : toucher aussitôt du fer ! En revanche, entendre un chat éternuer peut vous rapporter gros : les Romains, et les Italiens en général, y voient un présage de bonne fortune.

    Catherine
    J’ai fondé le site Destination Rome pour vous aider à préparer au mieux votre voyage à Rome ! Parcourez mes actualités et mes bons plans et n’hésitez pas à me contacter par e-mail à l’adresse site@destinationrome.fr

    1 commentaire

    1. Merveilleux que la ville de Rome considère les chats comme  » patrimoine bio culturel » ! Le monde entier devrait en faire autant, car partout, depuis que les chats ont été domestiqués, ils sont sauvé les récoltes en chassant rats et souris.Les hommes leur doivent une gratitude éternelle.

    Donnez votre avis !