La fabuleuse histoire du pain et des boulangers de Rome

0

Dans l’Antiquité, la puissance des boulangers à Rome était immense tant le pain y avait du succès . Deux musées y font référence avec des objets spécifiques.

Le petit pain romain.
Les Romains apprécient tous les sortes de pain, depuis la nuit des temps.

Pain et Romains : entre eux, c’est une très longue histoire. À preuve, le tombeau d’Eurysacès que l’on peut voir non loin de la porte Majeure, à Rome. Il a été bâti en l’honneur du boulanger grec Marcus Virgilius Eurysaces et de son épouse Atistia. Et tenez-vous bien, la construction de cet édifice de forme trapézoïdale remonte vers 30 avant J.-C. ! Des scènes de préparation du pain sculptée sur en bas-reliefs sur ses parois témoignent de la véracité de l’histoire de cet important boulanger.
À l’époque, cette denrée se travaillait autrement qu’aujourd’hui. D’abord sans levain, en forme de galette, elle était cuite à même la voûte du four ou sous la cendre. Jusqu’à ce qu’un « pistor » ou boulanger commence à vendre du pain levé, une recette découverte par hasard.
Dès le IIème siècle avant J.-C., les Romains fondèrent un collège de boulangers qui devinrent une corporation privilégiée. À compter du Vème siècle, les Romains commencèrent à en consommer de toutes les sortes : d’orge, de millet et de campagne ou « panis rusticus », du pain militaire ou « panis militaris », du pain d’Alexandrie et du pain du Picénum humecté de lait.

À Rome, les boulangers sont entrés aux musées

La tombe d'Eurysaces, à Rome.
La tombe d’Eurysaces, à Rome.

Une paire de milliers d’années plus tard, les Romains accordent toujours beaucoup d’importance à cette denrée qu’ils achètent chaque jour. Nombre de boulangeries cohabitent à tous les coins de rue, à Rome. Comme Marcus Virgilius Eurysaces, un boulanger local en particulier a acquis une indiscutable renommée : Angelo Arrigoni, fournisseur officiel du « pain du pape » ! Un tel client contribue sans nul doute à la bonne marche de ses affaires…
Le Saint Père se régale-t-il de « rosetta », petit pain individuel creux en forme de brioche, de « il filone », plus proche du pain de campagne ou de « focaccia » ? Foi d’Angelo, nul n’en saura rien !
Si cette histoire typiquement romaine vous intéresse, vous pouvez vous rendre au Musée des Thermes de Dioclétien, siège historique du Musée national romain. L’une des salles abrite l’urne en forme d’auge contenant les cendres de l’épouse de Marcus Virgilius Eurysaces.
Sinon, prévoyez une découverte des Musées capitolins, où vous pourrez en profiter pour aller observer une magnifique scène sculptée en bas-relief montrant les époux Marcus et Atistia.

Donnez votre avis !